Le pas Bayard de Stoumont

Le pas bayardEn empruntant la route de Stoumont à Desnié et Spa, vous avez peut-être remarqué la plaque « Pas Bayard ». On retrouve ce nom dans plusieurs localités telles que Remouchamps, Tavier, Noville, Ethe, Dolembreux, Dinant avec son célèbre rocher Bayard etc.
Le pas Bayard est généralement associé à un rocher isolé au sein duquel on peut voir une cuvette d’une dizaine de centimètres de diamètre et une vingtaine de cm de profondeur. Ces excavations sont le plus souvent naturelles, mais leur forme et la régularité de leurs bords ont fait parfois penser à la présence de polissoir utilisé au néolithique pour fabriquer des outils en pierre polie.
Dans la société traditionnelle, au 19eme et au début du XXeme siècle, les phénomènes hors du commun, comme ce trou de forme circulaire, trouvait une explication surnaturelle dans les légendes et les superstitions. C’est ainsi que ces excavations ont été interprétées comme l’empreinte d’un sabot de cheval. Il ne s’agit bien entendu pas de n’importe quel cheval, mais d’un cheval mythique en Ardenne, le cheval Bayard.

Le cheval Bayard et les quatre Fils Aymon

Le cheval Bayard est l’un des « personnages » d’une chanson de geste de plusieurs milliers de vers « La légende des quatre fils Aymon » dont on a des écrits dès la fin du XIIe siècle. Au début du XVe siècle, cette chanson de geste se transforma en un roman d’aventure qui comportait 29.513 alexandrins. Ensuite, le poème est translaté en prose, œuvre qui est le point de départ du roman des Quatre Fils Aymon tel que l’imprimerie l’a popularisé jusqu’au XXeme siècle.

Les 4 fils Aymon
Il est donc bien difficile de résumer cette histoire des 4 fils Aymon en quelques lignes: Renaud, Alard, Guichard et Richard. Présentés à Charlemagne par leur père, le duc Aymes de Dordone, les 4 fils sont faits chevaliers. Malheureusement, le lendemain de ce beau jour, Renaud tue Bertolai, le neveu de l’empereur. Obligés de fuir, Renaud et ses frères, montés sur Bayard se réfugient en Ardenne. Ils vont y bâtir la formidable forteresse de Montessor au bord de la Meuse. Charlemagne retrouve les fugitifs, assiège le château et grâce à une trahison prend cette forteresse. Renaud et ses frères s’échappent avec Bayard et mènent une vie errante en Ardenne.

Ils partent ensuite pour le midi et vont y lutter avec succès contre les Sarrasins. Ils construisent un nouveau château, Montauban au bord de la Dordogne. C’est là que Maugis, l’enchanteur vient les rejoindre. Grâce aux dons merveilleux de ce dernier et à la force de Bayard, ils échappent une nouvelle fois à Charlemagne.

Charlemagne les retrouve à Tremoigne (Allemagne) où les belligérants signent un traité de Paix. Renaud part en pèlerinage en Terre Sainte mais doit livrer Bayard à Charlemagne. Celui-ci le ramène à Liège puis ordonne que le cheval soit précipité dans la Meuse, une meule au cou. Bayard brise la meule, sort du fleuve, bondit au-dessus de l’eau pour atteindre l’autre rive et s’échappe dans la forêt.

La légende des Quatre Fils Aymon a rencontré un engouement populaire durant des siècles. Maurice Piron constate dans son article « La légende des Quatre fils Aymon Enquêtes du musée de la vie wallonne n°43-44 de 1946 » que la plupart des villes européennes ont eu leurs enseignes sculptées ou peintes montrant les quatre fils Aymon à cheval sur Bayard. Il note que Spa possédait une telle enseigne avant le 18eme siècle. Les cortèges dans lesquels figurent des géants à l’effigie de Bayard et des 4 fils Aymon sont nombreux. Les plus connus sont ceux d’Ath, Dendermonde, Dinant. Bayard est également très présent dans le répertoire traditionnel des marionnettes liégeoises. Enfin, n’oublions pas la très belle sculpture moderne du cheval Bayard au bord de la Meuse à Namur.

Pol Jehin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>