La Conférence Diplomatique de Spa

1920 : Château de la Fraineuse, siège de la Conférence Diplomatique de Spa

1920 : Château de la Fraineuse, siège de la Conférence Diplomatique de Spa

La Conférence Diplomatique de Spa, également dénommée « Conférence de la Paix », se déroula du 5 au 16 juillet 1920. Elle avait été organisée pour préciser les modalités pratiques du traité de Versailles signé un an auparavant.

Le choix de la cité bobeline pour la tenue de cette conférence internationale fut symbolique au niveau diplomatique. En effet, Spa avait été le siège du Grand Quartier Général allemand à partir de mars 1918 jusqu’à la fin du conflit. Pour la « Perle des Ardennes », qui disposait d’une infrastructure hôtelière de premier ordre ainsi que de nombreuses villas privées pour recevoir ces hauts personnages, c’était l’occasion de relancer ses activités. La ville hébergea plus de 250 négociateurs, originaires des douze pays participants (France, Angleterre, Italie, Japon, Grèce, Pologne, Portugal, Tchécoslovaquie, Roumanie, Royaume Serbo-Croate-Slovène, Allemagne et Belgique), ainsi que de nombreux correspondants internationaux.

1920 : Le Nivezé Farm, résidence de la délégation belge (carte postale)

1920 : Le Nivezé Farm, résidence de la délégation belge (carte postale)

Durant cette première quinzaine de juillet 1920, de nombreux curieux envahirent Spa chaque jour, venant de tout le pays ainsi que des pays voisins, espérant apercevoir les personnalités présentes. Voici ce que le journal « La Meuse », sous la plume de son envoyé spécial, écrivait : « La jolie cité balnéaire liégeoise, notre Spa, reçoit des milliers de visiteurs. D’innombrables autos amènent une foule d’élégantes et gentilles dames, de nombreux sportsmen, tandis que trains et trams, sans discontinuer, déversent sur les quais de la gare ou le long des rues des théories imposantes de bourgeois désireux de s’amuser et aussi de voir les hautes personnalités rassemblées à Spa ».

A Nivezé, le château de la Fraineuse servit de cadre aux séances de la Conférence, qui fut présidée par Léon Delacroix (1867-1929), le premier ministre belge. La délégation belge était logée au Nivezé Farm, situé près de la source du Tonnelet.

1920 : Sur le perron du château de la Fraineuse. 1er rang avec un papier en main Alexandre Millerand, à sa gauche David Lloyd George. (Extrait de « 150 Ans d’Histoire de Spa », Georges Spailier)

1920 : Sur le perron du château de la Fraineuse.
1er rang avec un papier en main Alexandre Millerand, à sa gauche David Lloyd George.
(Extrait de « 150 Ans d’Histoire de Spa », Georges Spailier)


L’importante délégation française, avec le maréchal Ferdinand Foch (1851-1929) et le président du Conseil Alexandre Millerand (1859-1943), était hébergée aux châteaux du Neubois et du Haut-Neubois.

Mais, l’homme qui marqua véritablement la conférence, tel Charles-Maurice de Talleyrand à Vienne, c’est David Lloyd George (1863-1945), le premier ministre anglais, qui avait déclaré qu’il n’allait pas à Spa pour réviser le Traité de Paix de Versailles, signé en juin 1919, mais pour l’exécuter. La délégation anglaise logeait au Grand Hôtel Britannique.

La Conférence Diplomatique de Spa fixa le pourcentage des réparations (226 milliards de francs or) alloué aux pays bénéficiaires, réalisa un protocole relatif à la livraison de charbon à disposition des Alliés, détermina le nombre d’hommes de la Reichswehr et exigea la dissolution des organisations paramilitaires allemandes. Bien entendu, par la suite, l’Allemagne trouva des subterfuges pour ne pas exécuter entièrement ces décisions.

Jean Lecampinaire

Sources : Georges Spailier : 150 Ans d’Histoire de Spa Ed. J’Ose – 1979- un cachet souvenir spécial La Conférence Diplomatique de Spa – G-E. Jacob – H.A.S. – 1978

1920 : La délégation française sur la terrasse du château du Neubois (carte postale)

1920 : La délégation française sur la terrasse du château du Neubois (carte postale)

A l’occasion de la Conférence Diplomatique, la Poste de Spa utilisa un cachet spécial pour oblitérer le courrier du 5 au 16 juillet 1920.

A l’occasion de la Conférence Diplomatique, la Poste de Spa utilisa un cachet spécial pour oblitérer le courrier du 5 au 16 juillet 1920.

En 1983, pour les 10 ans du cercle philatélique spadois « Histophila », l’Administration Postale des Nations Unies de Genève créa un cachet souvenir spécial.

En 1983, pour les 10 ans du cercle philatélique spadois « Histophila », l’Administration Postale des Nations Unies de Genève créa un cachet souvenir spécial.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>