Qui était Collin le Loup ?

Malheureusement, il n’est pas simple de répondre à cette question car histoire et légende se mêlent autour de ce Spadois. Une légende que nous allons vous conter fait de Collin le Loup le fondateur du « Nouveau-Spa » (la rue du Marché et les alentours du Pouhon). Albin Body a démontré que cette thèse ne résistait pas à la vérité historique et que l’on ne connaît pas le fondateur du Spa-Nouveau.

Le pont Mindroz sur le ruiseaude Barisart, officellement dit du Vieux-Spa. Sur la rive gauche, se voit le tracé de l'actuelle rue Collin-le-Loup.

Le pont Mindroz sur le ruiseau de Barisart, officellement dit du Vieux-Spa. Sur la rive gauche, se voit le tracé de l’actuelle rue Collin-le-Loup.

Mais voici la légende :

« En ce temps là (au début du XIVeme siècle), une centaine de masures s’élevaient sur deux petites éminences le long du ruisseau de Barisart, c’est-à-dire sur le Thier et le Croupet Lohet. Collin, dit le Loup (car il travaillait dans les bois), originaire de Bréda souffrait depuis longtemps d’une maladie déprimante. Il s’avisa de boire régulièrement l’eau d’une fontaine où celle-ci sourdait à ciel ouvert, entre quatre dalles de shiste, au milieu d’une prairie. Cette source devait devenir célèbre dans la suite sous le nom de Pouhon. Notre malade après une période de cure, recouvrit la santé. Collin le Loup avait ses forges sur l’emplacement actuel de la maison de retraite. Il fit construire près de la fameuse source une maison qui fut le berceau du Nouveau Spa. La renommée de la source guérisseuse amena autour de celle-ci de nombreux visiteurs. Collin le Loup fit alors construire une auberge pour ceux-ci. Il devint ainsi non seulement le fondateur du Nouveau-Spa, mais aussi le créateur de l’industrie hôtelière. Pour les besoins de son industrie, Collin le Loup acheta au prince évêque de Liège, Adolphe de la Marck, 12 bonniers de bois situés près de la source. Il défricha les lieux qui petit à petit se couvrirent d’habitations pour donner naissance à une rue en forme cintrée – la rue du Marché actuelle. Collin le Loup laissa de nombreux descendants dont plusieurs furent des administrateurs et artistes renommés… »

Que retenir de cette légende ?
Albin Body a montré dans ses recherches que Collin le Loup n’était pas originaire de Breda (aux Pays-Bas) mais que Breda provenait de la déformation d’un surnom de famille spadoise (On connaît la Heid Bredar, colline boisée située près de Marteau). Il s’agit donc certainement d’après Albin Body d’un autochtone.
Albin Body affirme que cette légende a été construite de toutes pièces par Wolff (signifiant Loup) dans son ouvrage « Le Guide des Curieux » publié en 1814. Cette légende a été construite « pour le plus grand honneur d’une famille de riches bourgeois de Spa ». Wolff pouvait ainsi avoir la prétention de compter le fondateur de Spa parmi ses aïeux.

Albin Body reconnaît pourtant avoir trouvé dans les notes de Philippe de Limbourg un extrait de registre sur Spa qui précise :

« L’an 1326, le 22 du mois de Juin, le sieur Colin Leloup de Bréda acquit du Sieur Mondesselin, receveur de son Altesse ay Pays de Liège, douze bonniers de bois, situés et gisants proches des Eaux Minérales, dans les forêts de Sa ditte Altesse, et ce pour être les dits bois consommés et convertis en charbon pour servir aux forges que le dit Colin veut faire construire proche de la montagne qui tend vers Theux, joignant les dits bonniers vers Polleignée et Stembert, aux montagnes vers le midi, aux éminences de la forêt, à prendre en leur grandeur et étendue, autant que par mesureur juré sera trouvé, pour faire les dits douze bonniers, et ce parmis et au prix de 700 florins Liégeois voir qu’il pourra retenir à lui le fonds de deux bonniers qui prennent des dittes montagnes, près de la fontaine pour convertir en prairie, ainsi et comme il trouvera convenir ».

En conclusion, nous ne pouvons donc pas affirmer que Collin le Loup est le créateur du Nouveau Spa, ni qu’il est originaire des Pays-Bas. Cependant, 1326 peut être considéré comme un des moments importants de l’évolution de notre ville. Il est incontestable cependant que les Leloup, les Wolff fournirent à notre ville de nombreux artistes et administrateurs de qualité.

Pol Jehin

Références
* Body Albin: Esquisse de l’Histoire de Spa . Imprimerie Goffin 1911
* Pierre Lafagne : Spa-Ancien -Figures de Bobelins et pages d’histoire : ed Jose 1934
* Jacob G-E: Rues et promenades de Spa ed culture et civilisation Bruxelles 1983 P.90
* A.Body : Spa, histoire et bibliographie ed Culture et civilisation Bruxelles 1981 p.425 et suivantes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *