Ne m’appelez plus jamais « Spa » !

Pendant que le M927 faisait des ronds dans l’eau, les années se sont écoulées, et une nouvelle génération de dragueurs – chasseurs de mines est née. Ce bon vieux Spa, plein de rides, est dépassé par la technologie du jour. Est-il donc condamné à disparaître de l’horizon marin ?

A l’Etat-Major, la discussion est engagée. Mathy Loxhet, toujours lui, l’oreille collée à la porte du bureau de l’Amiral, se frotte déjà les mains. Palsambleu ! Au lieu d’être envoyé à la casse, l’indomptable rafiot reprendra du service à la mer, après sa conversion en transporteur de munitions. Dès lors, en 1978, la marque d’étrave du Spa va changer de M927 en A963. En effet, de bâtiment de lutte contre les mines (M), le Spa devient navire auxiliaire (A).

Le Spa repart ainsi au large, d’abord pour des croisières d’amarinage qui le conduiront entre autres, en 1981, à Cowes sur l’île de Wight, et en 1982, à Bordeaux et Göteborg. Dès septembre 1983, le A963 débute dans son rôle de transporteur de munitions (obus et missiles), pour le compte de nos frégates toutes neuves. Celles-ci étaient à l’entraînement ou en exercice au sein de marines alliées. Aussi, de 1983 à 1986, le Spa, roulier des mers, va naviguer au cabotage, entre Zeebrugge, Brest, Dartmouth et Den Helder. Le cabotage est une navigation intermédiaire entre le bornage (navigation côtière) et le long-cours (navigation hauturière).

Par bonheur pour l’équipage de notre bâtiment auxiliaire, le A963 recevait de temps en temps d’autres missions que celle de transport de munitions, par exemple, l’escorte des régates. C’est comme ça qu’en août 1985, on revoit le Spa à l’île de Wight, sur la côte sud anglaise, et qu’en juillet 1986, on le trouve à l’île d’Héligoland, en face de l’estuaire de l’Elbe.

Hélas ! Le sablier du bord s’est lentement vidé de son sable, et un transport à Brest, en décembre 1986, fut la dernière traversée du Spa.

« Old ships never die prétendent les gens de mer d’outre-Manche. Il n’empêche que cet affreux Mathy Loxhet allait enfin pouvoir grimacer de plaisir, car en 1993, le A963 était amarré le long d’un quai, non pas de Californie, mais du canal de Willebroek, à Vilvorde, avec pour seule indication : « A vendre », pour 4.000.000 BEF ! Le bâtiment fut acheté pour 1.200.000 BEF par un Anversois, et il se trouverait maintenant aux Pays-Bas, mais où et pourquoi, seul Neptune le sait. Ne m’appelez plus jamais « Spa », les Spadois m’ont laissé tomber…

Henri Jacquemin.

Réalités de septembre 2000

« Le Spa » suite …

Il y a peu de temps, le chef de cabinet de l’Amiral m’a téléphoné pour me faire part d’informations concernant l’ex-dragueur de mines « Spa ».

Selon des renseignements fournis par l’Amirauté néerlandaise à l’Etat-Major de notre Marine, l’ex-dragueur de mines Spa, rebaptisé maintenant « Paradijsvogel » (oiseau de Paradis), se trouve à Lelystad (Flevoland), au N.E. d’Amsterdam, port intérieur sur le Ysselmeer ou Zuiderzee, à présent endigué.

Henri Jacquemin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>