Les boîtes aux lettres anciennes

« Histoire et Archéologie Spadoises » a fait le recensement des anciennes boîtes aux lettres de notre ville. Leur nombre a diminué. Il en reste actuellement 6.

Bornes anciennes
(classées dans le sens horaire)
Toujours en 2011Remplacées
(boîtes tôle)
Square Foch
X
Spaloumont - av des Platanes (près de la Vierge)
Rue Delhasse
Place Royale (sur le côté du pavillon des Petits Jeux)
X
Route de Balmoral (à côté de l'arrêt de tram "Hobé")
X
Pl. Pierre-le-Grand (sur le côté de la pharmacie Schaltin)
Place Pierre-le-Grand (à côté du Pouhon Pierre-le-Grand)
Rue du Jeu de Paume (coin avec le Bd des Anglais)
X
Rue de la Sauvenière (devant l'annexe du Britannique)
Nivezé (devant l'école)
X
Rue Chelui (coin avec la rue B. Deschamps)
X
Route de la Sauvenière (Bâtiment de la source)
X
Avenue Marie-Thérèse (coin rue de la Géronstère)
X
Creppe (devant l'école)
X
Avenue Jehin Prume (coin du bd Rener)
X
Rue de Barisart (près de chez Goffin)
Chemin du Bahy-Champs (coin de la route de Barisart)
X
Avenue Pierre Gaspar (coin Bd Lühr)
X
Rue Albin Body (coin de la rue A. Jacques)
X
Place de la Gare (près de la sortie voyageurs)
X
Avenue Reine Astrid (devant la Villa Royale)
X
Etabli par Histoire et Archéologie Spadoises octobre 2011

La borne postale de la Place Foch

La borne postale de la Place Foch


Les boîtes aux lettres « circulent » dans divers quartiers de la ville

Dans les archives de la ville, Patrick Gaide Chevronnay a trouvé quelques demandes de placement ou de déplacement des boîtes aux lettres.

Le 22 juin 1909, Mr PONCELET, place de la Providence n° 48, demande le déplacement d’une boîte vers la rue de Barisart. Le conseil communal fait la proposition de la déplacer place Verte en face de la charcuterie Compère. Le 8 mai 1912, on demande le placement d’une boîte aux lettres au carrefour du bd Rener et de l’avenue J. Prume, ce qui est accepté et en août 1912 le placement d’une boîte au carrefour du bd Lühr et de l’avenue Coquelet (actuellement av Dr P. Gaspar).

En mars 1931, la borne de la route de la Sauvenière (en face de la ferme Longchamps) est déplacée vers le lac de Warfaaz. On place des boîtes aux lettres route de Creppe, boulevard Coquelet, et route de la Sauvenière.

En juillet 1932, une boîte aux lettres est déplacée au monument Foch (elle s’y trouve probablement encore pour le moment mais n’est plus opérationnelle : voir photo). La boîte aux lettres qui se trouve actuellement rue du Jeu de Paume a été placée en septembre 1933. En juin 1937, des bornes sont placées à la Fontaine de la Sauvenière et place Royale et en décembre 1937 avenue Camille Bellenger.

Les responsables politiques spadois soucieux de l’esthétique de la Sauvenière : une boîte postale peinte en vert ?

Patrick a également retrouvé une correspondance au sujet d’une boîte aux lettres placée à la source de la Sauvenière.
Fin 1937, une borne postale avait été placée par l’administration des Postes à l’entrée de la promenade d’Orléans près de la Fontaine de la Sauvenière. Le 15 décembre, le collège échevinal de la ville de Spa écrit à l’administration des Postes pour signaler que le placement de cette boîte postale est d’un « vilain effet ». Il demande si les autorisations avaient été accordées à la commune. Il souhaite qu’un autre endroit soit proposé « qui ne causerait pas de préjudice à l’esthétique de nos promenades ».

La borne postale de la Place Royale

La borne postale de la Place Royale

Le percepteur répond et propose :

Le 18 décembre, le percepteur principal répond à la commune et signale qu’il a été saisi au début 1937 d’une réclamation adressée au ministre signalant l’insuffisance du nombre de boîtes aux lettres dans le canton postal et le peu de visibilité de celles qui existent en dehors de la ville. Il s’agit de boîtes en bois encastrées dans le mur et effectivement peu visibles.
En vue de donner satisfaction au réclamant, j’ai proposé de placer une boîte place Royale et une autre à la Sauvenière. Comme il s’agissait de boîtes devant recevoir de nombreuses correspondances, comme d’un autre côté les grosses boîtes de la route de Creppe et de la rue Camille Bellenger ne contiennent presque rien, je décidai de les transférer place Royale et à la Sauvenière qui est un grand passage. Je voulais satisfaire tout le monde.

La borne postale au niveau du rond-point de Balmoral.

La borne postale au niveau du rond-point de Balmoral.


Le 18 juin 1937, j’adressai une demande à l’Administration communale, il n’y eut pas d’objection sauf pour la boîte de la place Royale, que je proposais de placer à l’entrée du Parc. M le Bourgmestre faisant fonction me désigna le côté sud des Petits Jeux où elle fut placée. Le déplacement d’une telle boîte n’est pas une petite affaire. Si la boîte est trop visible ne pourrait-on pas se contenter de la peindre en vert. »

Le 20 décembre, le collège répond que la boîte peut subsister mais qu’elle devra être peinte en vert.
Cependant, le directeur technique de l’Administration des Postes dans son courrier du 20 janvier 1938, M. Meunier, stipule que « la commune ayant donné son accord, le déplacement de la boîte devra se faire aux frais de la caisse communale et après accord de la Poste et si l’emplacement est conservé, la boîte ne pourrait être repeinte qu’en rouge, teinte adoptée pour tout le matériel postal utilisé à l’extérieur des locaux et en matière de boîtes aux lettres pour attirer l’attention du public, surtout des étrangers. » Mais « de grâce, n’insiste pas pour peindre cette boîte en vert, » conseille amicalement le directeur technique au Bourgmestre Léonard.

La ville décida de renoncer à la couleur verte. Conclusion.
* On voit que nos autorités communales étaient très attachées à l’esthétique et à la protection du patrimoine architectural de la source de la Sauvenière.
* Les collectionneurs de cartes postales comprendront par cet article que les boîtes postales « déménagent » de temps en temps.
* La couleur rouge est toujours d’actualité.
* L’actuelle boîte aux lettres située près du pavillon des Petits Jeux (habituons-nous à ne plus dire près de l’Office du Tourisme) a donc été installée en 1937 mais est plus âgée et provient soit de la route de Creppe, soit de la rue Camille Bellenger.

En observant les boîtes postales actuelles, Marie de Selliers a pu préciser qu’elles ont probablement été coulées aux fonderies J.G.Requillé de Liège entre 1860 et 1938. Nous recherchons des informations sur ces fonderies et les premières dates d’achat des boîtes postales par la ville de Spa.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>