L’ancienne fresque murale de la place de l’Hôtel de Ville

En septembre 1975, dans le cadre des festivités, « Libération et animation des places publiques », une fresque représentant une vue ancienne de Spa avait été réalisée sur les éternits du pignon d’une maison de la place. Georges Jacob dans Rues et promenades de Spa. Ed. Culture et civilisation Brux;1983, p. 251 à 256 signale que l’idée avait été « avancée par MM Toussaint et Houyon. Elle a été concrétisée par trois peintres spadois ; Edgard Huls, Louis Decerf et Julien Cerf. Une diapositive avait été projetée sur le mur de la maison (aujourd’hui démolie) afin de dessiner les contours de cette vue de l’ancien Spa. L’œuvre était réalisée en noir et blanc. »

Julien Cerf, Edgard Huls et Louis Decerf, les 3 artistes peintres  de la fresque. (photo J Deblond)

Julien Cerf, Edgard Huls et Louis Decerf, les 3 artistes peintres de la fresque. (photo J Deblond)

La fresque avait été créée à partir d’une lithogravure du major Taylor, publiée en 1825. Elle représente la grand place au XVIII » siècle. Comme le précise Georges Jacob, cet endroit était le plus animé du bourg. La vue est prise de la rue du Marché actuelle vers le Pouhon. On voit au centre le perron qui a été démoli en 1853 pour être réédifié à son emplacement actuel en 1896. Derrière se trouve l’hôtel de ville construit en 1771 et démoli en 1877. A gauche du perron, on découvre l’hôtel du Lion Noir et l’hôtel du Pélican, ensuite, on aperçoit le clocheton de l’ancienne église. A droite, on distingue deux des 18 colonnes de l’ancien Pouhon (1820-1878), la Redoute et le début de la rue du Marché avec l’hôtel de Lorraine.

Lors du conseil communal du 31 mai 1985, les conseillers communaux ont voté à l’unanimité l’acquisition de ces deux maisons afin de les démolir dans le but d’aménager la place en un grand parking arboré et éclairé (vous avez bien lu, arboré !). En juillet 1985 (Echos du 15/7/1985), la question était posée de savoir quel avenir serait réservé à la fresque. Depuis, les maisons de la place ont été démolies. Les éternits ont été conservés. Il a été envisagé il y a quelques années de replacer la fresque sur le pignon d’une maison à proximité du pouhon Prince de Condé. A ce jour, à notre connaissance, aucun projet concret n’est à l’étude. Merci à Madame Fourneau du Fonds Albin Body qui nous a fait parvenir les informations sur ce sujet
fresque


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *