Les abeilles solitaires

Article en rapport direct avec les abeilles solitaires : Les nichoirs à insectes

Osmie cornue (Osmia cornuta)
Osmie rousse (Osmia bicornis)
Chelostome commun des campanules (Chelostoma rapunculi)
Chelostome des renoncules (Chelostoma florisomne)
Anthophore à pattes plumeuses (Anthophora plumipes)
Osmie un-angle (Osmia niveata)
Mégachile de l’épilobe (Megachile lapponica)
Mégachile des jardins (Megachile willughbiella)
Anthidie à manchettes (Anthidium manicatum)
Hériade des troncs (Heriades truncorum)

Osmie cornue (Osmia cornuta)
Fiche Descriptive au format PDF

Osmie cornue - Mâle sur femelle

Osmie cornue – Mâle sur femelle

Description : Pilosité noire sur la tête et le thorax, roux-orangé sur l’abdomen.
La femelle a une brosse ventrale roux-orangé. La face est couverte de poils noirs et pourvue d’une paire d’excroissances en forme de corne.
Le mâle porte une touffe de poils blancs sur la face et ses antennes sont plus longues.
Femelle : 12 à 15 mm, mâle : 10 à 13 mm.

Période de vol : Mars à mai.

Diamètre des trous généralement utilisés : 8 à 10 mm.

Bouchon de fermeture du nid : La femelle obture l’entrée du nid avec de la terre humide mélangée à de la salive. La surface est grossièrement travaillée.

Ecologie : Les larves sont nourries avec un mélange de pollen et de nectar. Le pollen est récolté dans la brosse de poils située sous l’abdomen (brosse ventrale), le nectar est transporté dans le jabot.
Le pollen destiné aux larves est collecté sur de nombreuses familles de plantes (abeille polylectique).
L’osmie cornue commence à visiter les fleurs lorsque la température est supérieure à 11° C. C’est une pollinisatrice très efficace des arbres fruitiers.

Osmie cornue - Femelle vole vers son nid

Osmie cornue – Femelle vole vers son nid

Osmie cornue - Femelle termine le bouchon de fermeture

Osmie cornue – Femelle termine bouchon de fermeture

Osmie cornue - Bouchon de fermeture en terre

Bouchon de fermeture en terre
















Osmie rousse (Osmia bicornis)

Fiche Descriptive au format PDF

Osmie rousse - mâle

Osmie rousse – mâle

Osmie rousse - femelle

Osmie rousse – femelle

Description : Pilosité noire sur la tête, beige sur le thorax, rousse sur les trois premiers segments de l’abdomen et noire sur les suivants.
La femelle a une brosse ventrale jaune-orangé. La face est couverte de poils noirs et pourvue d’une paire d’excroissances en forme de corne.
Le mâle porte une touffe de poils blancs sur la face et ses antennes sont plus longues.
Femelle : 10 à 12 mm, mâle : 8 à 10 mm.

Période de vol : Avril à juin.

Diamètre des trous généralement utilisés : 5 à 10 mm.

Bouchon de fermeture du nid : La femelle obture l’entrée du nid avec de la terre humide mélangée à de la salive. La surface est grossièrement travaillée.

Ecologie : Les larves sont nourries avec un mélange de pollen et de nectar. Le pollen est récolté dans la brosse de poils située sous l’abdomen (brosse ventrale), le nectar est transporté dans le jabot.
Le pollen destiné aux larves est collecté sur de nombreuses familles de plantes (abeille polylectique). L’osmie rousse est une pollinisatrice très efficace des arbres fruitiers.

Osmie rousse - Femelle

Osmie rousse – Femelle

Osmie rousse - Bouchon de fermeture en terre

Osmie rousse – Bouchon de fermeture en terre













Chelostome commun des campanules (Chelostoma rapunculi)

Fiche Descriptive au format PDF

Chelostome commun des campanules - Mâle sur une campanule

Chelostome commun des campanules – Mâle sur une campanule

Chelostome commun des campanules -  Femelle butine une campanule

Chelostome commun des campanules – Femelle butine une campanule

Description : Corps noir, allongé et peu velu. Abdomen avec une fine bande de poils blancs sur le bord postérieur des segments.
La femelle a de courtes mandibules et une brosse ventrale blanc crème.
Chez le mâle, le bout de l’abdomen a une forme typique (bord postérieur faiblement trilobé, jamais fortement échancré au centre).
Femelle : 8 à 9 mm, mâle : 9 à 11 mm

Période de vol : Mai à août

Diamètre des trous généralement utilisés : 3,5 à 5 mm

Bouchon de fermeture du nid : La femelle obture l’entrée du nid avec de la terre dans laquelle elle insère de petites pierres ou des grains de sable.

Ecologie : Les larves sont nourries avec un mélange de pollen et de nectar. Le pollen est récolté dans la brosse de poils située sous l’abdomen (brosse ventrale), le nectar est transporté dans le jabot.
Le pollen destiné aux larves est uniquement collecté sur les campanules (campanule à feuilles rondes, campanule à feuilles de pêcher, campanule gantelée…).
Les mâles se réfugient à l’intérieur des fleurs de campanules pour y passer la nuit ou pour se protéger de la pluie.

Chelostome commun des campanules -  Femelle butine une campanule

Chelostome commun des campanules – Femelle butine une campanule

Chelostome commun des campanules - Bout de l’abdomen du mâle

Chelostome commun des campanules – Bout de l’abdomen du mâle

Chelostome commun des campanules - Bouchon de fermeture en  terre + petites pierres

Chelostome commun des campanules – Bouchon de fermeture en terre + petites pierres

Chelostome commun des campanules -  Femelle rentre au nid avec la brosse ventrale chargée dupollen blanc des campanules

Chelostome commun des campanules – Femelle rentre au nid avec la brosse ventrale chargée du pollen blanc des campanules

Chelostome commun des campanules - Femelle insère une pierre dans la terre humide

Chelostome commun des campanules – Femelle insère une pierre dans la terre humide

















Chelostome des renoncules (Chelostoma florisomne)

Fiche Descriptive au format PDF

Chelostome des renoncules - Femelle transporte une petite pierre entre ses longues mandibules

Chelostome des renoncules – Femelle transporte une petite pierre entre ses longues mandibules

Chelostome des renoncules - Mâle

Chelostome des renoncules – Mâle


Description : Corps noir, allongé et peu velu. Abdomen avec une fine bande de poils blancs sur le bord postérieur des segments.
La femelle a de longues mandibules et une brosse ventrale blanc crème (jaune quand elle est chargée du pollen des renoncules).
Chez le mâle, le bout de l’abdomen a une forme typique (bord postérieur avec une nette échancrure centrale en arc de cercle).
Femelle : 7 à 10 mm, mâle : 8 à 11 mm

Période de vol : Avril à juin

Diamètre des trous généralement utilisés : 3,5 à 5 mm



Bouchon de fermeture du nid : La femelle obture l’entrée du nid avec de la terre dans laquelle elle insère de petites pierres ou des grains de sable.

Ecologie : Les larves sont nourries avec un mélange de pollen et de nectar. Le pollen est récolté dans la brosse de poils située sous l’abdomen (brosse ventrale), le nectar est transporté dans le jabot.
Le pollen destiné aux larves est uniquement collecté sur les renoncules (renoncule âcre, renoncule rampante…).

Chelostome des renoncules -  Femelle rentre au nid avec la brosse ventrale chargée du pollen jaune des renoncules

Chelostome des renoncules – Femelle rentre au nid avec la brosse ventrale chargée du pollen jaune des renoncules

Chelostome des renoncules - Femelle butine une renoncule

Chelostome des renoncules – Femelle butine une renoncule

terre + petites pierres

Chelostome des renoncules – Bouchon de fermeture en terre + petites pierres

Chelostome des renoncules - Bout de l’abdomen du mâle

Chelostome des renoncules – Bout de l’abdomen du mâle

















Anthophore à pattes plumeuses (Anthophora plumipes)

Fiche Descriptive au format PDF

Anthophore à pattes plumeuses - Femelle

Anthophore à pattes plumeuses – Femelle

Anthophore à pattes plumeuses - Mâle

Anthophore à pattes plumeuses – Mâle

Anthophore à pattes plumeuses - Face typique du mâle

Anthophore à pattes plumeuses – Face typique du mâle


Description : Longue et dense pilosité grise, brune ou noire. Abdomen avec une fine bande de poils clairs sur le bord postérieur des segments. Vol rapide avec de brusques changements de direction et de courtes périodes de vol surplace, bourdonnement aigu caractéristique et très différent de celui émis par les bourdons.
La femelle a une brosse de récolte roux-orangé sur les pattes postérieures.
Le mâle a de longues franges de poils sur les tarses des pattes médianes et des dessins jaunâtres typiques sur la face.
Femelle et mâle : 13 à 16 mm.

Période de vol : Mars à juin.

Diamètre des trous généralement utilisés : 8 à 10 mm.

Anthophore à pattes plumeuses - Bouchon de fermeture en terre

Anthophore à pattes plumeuses – Bouchon de fermeture en terre

Anthophore à pattes plumeuses - Femelle à l’entrée de son nid

Anthophore à pattes plumeuses – Femelle à l’entrée de son nid

Anthophore à pattes plumeuses - Femelle vole vers son nid

Anthophore à pattes plumeuses – Femelle vole vers son nid


Bouchon de fermeture du nid : La femelle obture l’entrée du nid avec de la terre humidifiée et lissée.

Ecologie : Les larves sont nourries avec un mélange de pollen et de nectar. Le pollen est récolté dans la brosse de poils située sur les pattes postérieures, le nectar est transporté dans le jabot.
La femelle construit généralement son nid dans des parois verticales (talus, falaises, murs en terre crue, parois argileuses des nichoirs à insectes …).
Le pollen destiné aux larves est collecté sur de nombreuses familles de plantes. Dans les jardins, l’anthophore à pattes plumeuses butine notamment les primevères, les pulmonaires, les lamiers pourpres et les corydales solides.


Osmie un-angle (Osmia niveata)

Fiche Descriptive au format PDF

Mâle

Mâle

Mâle

Mâle

Femelle butine centaurée jacée

Femelle butine centaurée jacée


Description : Fort dimorphisme sexuel
Femelle : Corps noir avec des reflets métalliques. Tête et thorax avec une faible pilosité jaune-brun. Abdomen avec une fine bande de poils clairs peu denses (parfois peu visible) sur le bord postérieur des segments. Brosse ventrale orange.
Mâle : Corps avec des reflets métalliques vert-doré. Tête et thorax avec pilosité roussâtre.
Femelle : 9 à 10mm, mâle : 8 à 9mm
L’osmie un-angle est fort semblable à l’osmie deux-angles (Osmia leaiana) mais les femelles peuvent être différenciées par la forme du bord inférieur du clypeus (concave avec 1 grande dent centrale chez niveata, presque droit avec 2 petites dents chez leaiana).
Quand elles récoltent le pollen, les femelles de ces 2 espèces tapotent les fleurs avec leur abdomen. La femelle d’Heriades truncorum a le même comportement mais elle est plus petite et plus élancée.

Période de vol : mai à août

Femelle (bord inférieur du clypeus concave avec 1 grande dent centrale)

Femelle (bord inférieur du clypeus concave avec 1 grande dent centrale)

Femelle avec brosse ventrale remplie du pollen blanc des centaurées jacées

Femelle avec brosse ventrale remplie du pollen blanc des centaurées jacées

Bouchon de fermeture en pâte végétale, légèrement en retrait de l’entrée du nid

Bouchon de fermeture en pâte végétale, légèrement en retrait de l’entrée du nid


Diamètre des trous généralement utilisés : 5 à 6 mm

Bouchon de fermeture du nid : La femelle obture l’entrée du nid avec une pâte végétale constituée de feuilles mâchées. Le bouchon est souvent situé légèrement en retrait de l’entrée du nid. Il est de couleur verte quand il est frais mais devient brunâtre en séchant.

Ecologie : Les larves sont nourries avec un mélange de pollen et de nectar. Le pollen est récolté dans la brosse de poils située sous l’abdomen (brosse ventrale), le nectar est transporté dans le jabot.
Le pollen destiné aux larves est uniquement collecté sur des plantes de la famille des astéracées avec une préférence pour les centaurées, les cirses et les chardons.



Mégachile de l’épilobe (Megachile lapponica)

Fiche Descriptive au format PDF

Femelle butine épilobe en épi

Femelle butine épilobe en épi

Mâle butine épilobe en épi

Mâle butine épilobe en épi

Description : La femelle a des poils grisâtres sur la tête, les côtés du thorax et les 2 premiers segments de l’abdomen. Le reste de l’abdomen est noir avec une étroite bande de poils blancs sur le bord postérieur des segments 2 à 5. Cette bande est continue sur le segment 5, interrompue au milieu avec un écart de plus en plus grand du segment 4 au segment 2. La brosse ventrale est rouge-orangé sauf l’extrémité qui est noire. Quand elles butinent, les femelles des mégachiles écartent les ailes et recourbent souvent l’abdomen vers le haut.
Comme beaucoup d’autres mâles de mégachiles, le mâle de Megachile lapponica est difficile à identifier.
Femelle : 10 à 12mm, mâle : 9 à 11 mm

Période de vol : Mai à août

Diamètre des trous généralement utilisés : 6 à 8 mm

Bouchon de fermeture recouvert de pâte végétale et de sable

Bouchon de fermeture recouvert de pâte végétale et de sable

Bouchon de fermeture recouvert de débris végétaux

Bouchon de fermeture recouvert de débris végétaux

Bouchon de fermeture recouvert de débris végétaux et de terre

Bouchon de fermeture recouvert de débris végétaux et de terre

Bouchon de fermeture du nid : La femelle obture l’entrée du nid avec des morceaux de feuilles qu’elle recouvre généralement de pâte de feuilles mâchées, de divers débris végétaux, de terre, ou de sable.

Ecologie : Les larves sont nourries avec un mélange de pollen et de nectar. Le pollen est récolté dans la brosse de poils située sous l’abdomen (brosse ventrale), le nectar est transporté dans le jabot.
Le pollen destiné aux larves est presqu’exclusivement collecté sur les épilobes en épi (Epilobium angustifolium).
La mégachile de l’épilobe est une abeille coupeuse de feuille. Elle possède de fortes mandibules tranchantes qu’elle utilise comme des ciseaux pour découper des morceaux de feuille de forme ovale ou ronde dans les épilobes en épi. La découpe est très rapide (environ 5 secondes). Pendant la découpe, la femelle recourbe le morceau de feuille face inférieure contre son ventre, et le tient entre ses pattes. Lorsqu’il ne reste plus que quelques millimètres à couper, elle s’envole et arrache le dernier point d’attache.
Lors de la construction du nid, elle utilise les morceaux de feuille de forme ovale pour les côtés de la cellule, les morceaux plus petits et ronds pour le couvercle de la cellule ainsi que pour le bouchon de fermeture du nid.

Nombreuses découpes en bordure des feuilles d’une épilobe en épi

Nombreuses découpes en bordure des feuilles d’une épilobe en épi

Découpes rondes

Découpes rondes

Découpes ovales

Découpes ovales

Femelle vole vers son nid avec un morceau de feuille ovale tenu entre ses pattes et ses mandibules

Femelle vole vers son nid avec un morceau de feuille ovale tenu entre ses pattes et ses mandibules

Femelle ramène un morceau de feuille de forme ronde pour le bouchon de fermeture

Femelle ramène un morceau de feuille de forme ronde pour le bouchon de fermeture

Femelle avec brosse ventrale chargée du pollen bleuâtre des épilobes en épi

Femelle avec brosse ventrale chargée du pollen bleuâtre des épilobes en épi

Femelle avec brosse ventrale chargée du pollen bleuâtre des épilobes en épi

Femelle avec brosse ventrale chargée du pollen bleuâtre des épilobes en épi

Femelle rentre au nid avec brosse ventrale chargée du pollen bleuâtre des épilobes en épi

Femelle rentre au nid avec brosse ventrale chargée du pollen bleuâtre des épilobes en épi

Femelle empile plusieurs morceaux de feuille d’épilobe en épi à l’entrée du nid

Femelle empile plusieurs morceaux de feuille d’épilobe en épi à l’entrée du nid

Femelle empile plusieurs morceaux de feuille d’épilobe en épi à l’entrée du nid

Femelle empile plusieurs morceaux de feuille d’épilobe en épi à l’entrée du nid

Morceaux de feuille empilés à l’entrée du nid

Morceaux de feuille empilés à l’entrée du nid

Femelle ramène des débris végétaux

Femelle ramène des débris végétaux










































Mégachile des jardins (Megachile willughbiella)

Fiche Descriptive au format PDF

Au repos, le mâle replie souvent ses pattes avant sous sa tête

Au repos, le mâle replie souvent ses pattes avant sous sa tête

Mâle : tarses 1 blancs, élargis, avec une longue frange de poils blanchâtres à l’arrière

Mâle : tarses 1 blancs, élargis, avec une longue frange de poils blanchâtres à l’arrière

Description : La femelle a des poils jaune-brun sur la tête, le thorax, et les 3 premiers segments de l’abdomen, ainsi qu’une fine bande de poils blanchâtres (plus ou moins interrompue au milieu) sur le bord postérieur des segments 3 à 5. La brosse ventrale est rouge-orangé sur les 3 premiers segments, rouge-orangé avec les côtés noirs sur le 4ème segment, noire sur les 2 derniers segments.

Bouchon de fermeture constitué de morceaux de feuilles empilés

Bouchon de fermeture constitué de morceaux de feuilles empilés


Quand elles butinent, les femelles de mégachiles écartent les ailes et recourbent souvent l’abdomen vers le haut.
Le mâle a des tarses antérieurs blancs, élargis, avec une longue et dense frange de poils blanchâtres à l’arrière.
Femelle : 14 à 16mm, mâle : 12 à 14mm

Période de vol : Mai à août

Diamètre des trous généralement utilisés : 8 à 10mm

Bouchon de fermeture du nid : La femelle obture l’entrée du nid avec des morceaux de feuilles.

Femelle butine lotier

Femelle butine lotier

Femelle butine campanule à feuilles de pêcher

Femelle butine campanule à feuilles de pêcher

Femelle butine campanule à feuilles rondes

Femelle butine campanule à feuilles rondes


Ecologie : Les larves sont nourries avec un mélange de pollen et de nectar. Le pollen est récolté dans la brosse de poils située sous l’abdomen (brosse ventrale), le nectar est transporté dans le jabot.

Femelle avec brosse ventrale remplie du pollen blanc des campanules

Femelle avec brosse ventrale remplie du pollen blanc des campanules

Découpes de forme ovale et ronde dans des feuilles d’églantier

Découpes de forme ovale et ronde dans des feuilles d’églantier

Le pollen destiné aux larves est collecté sur plusieurs familles de plantes, mais la mégachile des jardins est souvent observée sur les campanules et les fabacées (haricots, pois, fèves des marais, lotier…).
La mégachile des jardins est une abeille coupeuse de feuille. Elle découpe des morceaux de feuilles dans certains arbres ou arbustes (chêne, charme, bouleau, érable, cornouiller, rosier, églantier, framboisier, symphorine…) parfois aussi dans des lianes (chèvrefeuille) ou des plantes herbacées (liseron) pour construire les cellules et le bouchon de fermeture de son nid.





Anthidie à manchettes (Anthidium manicatum)

Fiche Descriptive au format PDF

Description : Corps jaune et noir avec une faible pilosité. Abdomen avec des bandes jaunes transversales nettement séparées au centre, certaines bandes sont souvent réduites à des taches chez le mâle.
La femelle a une face en grande partie jaune avec un dessin noir médian en fer de lance.
Le mâle possède 3 épines à l’extrémité de l’abdomen et 1 épine de chaque côté de l’avant-dernier segment. Il est nettement plus grand que la femelle.
Femelle : 10 à 12 mm, mâle : 14 à 18 mm.

Période de vol : Juin à septembre.

Diamètre des trous généralement utilisés : 10 à 15 mm.

Bouchon de fermeture du nid : La femelle obture l’entrée du nid avec des poils végétaux tassés.

Ecologie : Les larves sont nourries avec un mélange de pollen et de nectar. Le pollen est récolté dans la brosse de poils située sous l’abdomen (brosse ventrale), le nectar est transporté dans le jabot.
Le pollen destiné aux larves est principalement collecté sur les lamiacées (épiaire, lavande, sauge…) et les fabacées (lotier corniculé, trèfle, sainfoin…).
Comme matériau de construction pour les cellules et le bouchon de fermeture du nid, la femelle utilise des poils qu’elle racle avec ses mandibules sur les feuilles et les tiges de plantes très duveteuses (épiaire laineuse, molène, carline…). Quand la boule est assez grosse, elle la saisit avec ses mandibules et la transporte entre ses pattes jusqu’au nid. Elle tasse les poils en une masse d’aspect cotonneux. A l’aide de structures particulières sur les tarses, la femelle recueille les secrétions glandulaires de certaines plantes (épervière, laiteron…) et en imbibe les poils qu’elle a récoltés. La cellule ressemble alors à un tampon d’ouate creux parsemé de gouttelettes de secrétions orangées. La femelle remplit la cellule avec un mélange visqueux de pollen et de nectar, puis pond un œuf à la surface de ce mélange. Quand elle a terminé les cellules, elle entasse toutes sortes de petits débris (fragments végétaux, morceaux de terre, petites pierres…) dans la cavité entre les cellules et l’entrée du nid, puis elle construit le bouchon de fermeture.
Le mâle surveille les zones de fleurs butinées par les femelles. Il agresse les mâles de son espèce qui rentrent dans son territoire, utilisant ses épines abdominales comme arme pour se battre et parfois blesser grièvement ou même tuer son adversaire. Le mâle chasse aussi sans ménagement les autres insectes qui veulent venir butiner les fleurs, réservant ainsi l’accès à cette nourriture aux femelles de son espèce. Quand il repère une femelle, il la suit, l’observe en volant surplace, et tente de l’immobiliser pour s’accoupler.
Les mâles se réfugient parfois dans les trous des nichoirs pour y passer la nuit ou pour se protéger de la pluie.

Accouplement sur épiaire laineuse

Accouplement sur épiaire laineuse

Mâle

Mâle

Mâle sur feuille d’épiaire laineuse

Mâle sur feuille d’épiaire laineuse

Mâle butine épiaire laineuse

Mâle butine épiaire laineuse

Femelle butine épiaire laineuse

Femelle butine épiaire laineuse

Femelle butine épiaire laineuse

Femelle butine épiaire laineuse

Femelle butine épiaire laineuse

Femelle butine épiaire laineuse

Femelle racle les poils d’une feuille d’épiaire laineuse et en fait une boule

Femelle racle les poils d’une feuille d’épiaire laineuse et en fait une boule

Femelle racle les poils d’une feuille d’épiaire laineuse et en fait une boule

Femelle racle les poils d’une feuille d’épiaire laineuse et en fait une boule

Femelle racle les poils d’une feuille d’épiaire laineuse et en fait une boule

Femelle racle les poils d’une feuille d’épiaire laineuse et en fait une boule

Femelle récolte les secrétions glandulaires d’un laiteron

Femelle récolte les secrétions glandulaires d’un laiteron

Cellule en poils végétaux imbibés de secrétions glandulaires végétales (gouttelettes orangées) et contenant un mélange visqueux de nectar et de pollen

Cellule en poils végétaux imbibés de secrétions glandulaires végétales (gouttelettes orangées) et contenant un mélange visqueux de nectar et de pollen

Cellule en poils végétaux imbibés de secrétions glandulaires végétales (gouttelettes orangées) et contenant un mélange visqueux de nectar et de pollen

Cellule en poils végétaux imbibés de secrétions glandulaires végétales (gouttelettes orangées) et contenant un mélange visqueux de nectar et de pollen

Cellule en poils végétaux imbibés de secrétions glandulaires végétales (gouttelettes orangées) et contenant un mélange visqueux de nectar et de pollen

Cellule en poils végétaux imbibés de secrétions glandulaires végétales (gouttelettes orangées) et contenant un mélange visqueux de nectar et de pollen


















































Hériade des troncs (Heriades truncorum)

Fiche Descriptive au format PDF

Description : Corps relativement allongé et cylindrique (moins allongé que chez les Chelostoma), noir, peu velu, et avec une cuticule parsemée de nombreuses petites fossettes. Abdomen avec une très fine bande de poils blancs sur le bord postérieur des segments.
La femelle a de grandes mandibules et une brosse ventrale jaune-orangé. Elle récolte souvent le pollen en tapotant la fleur avec son abdomen. Les femelles d’Osmia niveata et d’Osmia leaiana ont le même comportement mais elles sont plus grandes et plus trapues.
Le mâle a une pilosité claire sur la face et le bout de son abdomen est courbé vers le bas.
Femelle et mâle : 4 à 8mm.

Période de vol : Mai à septembre.

Diamètre des trous généralement utilisés : 3 à 4 mm.

Bouchon de fermeture du nid : La femelle obture l’entrée du nid avec de la résine dans laquelle elle colle de petites pierres, des grains de sables ou des fragments végétaux.

Ecologie : Les larves sont nourries avec un mélange de pollen et de nectar. Le pollen est récolté dans la brosse de poils située sous l’abdomen (brosse ventrale), le nectar est transporté dans le jabot.
Le pollen destiné aux larves est uniquement collecté sur des plantes de la famille des astéracées, principalement les astéracées jaunes qui ont des fleurs tubulées (tanaisie, camomille, inule, marguerite, achillée…).

Accouplement sur nichoir

Accouplement sur nichoir

Mâle butine camomille

Mâle butine camomille

Femelle butine tanaisie

Femelle butine tanaisie











Femelle ramène résine blanche

Femelle ramène résine blanche

Femelle place petite pierre

Femelle place petite pierre

Bouchon de fermeture en résine

Bouchon de fermeture en résine














Christine Devillers


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *