La colonie de Nivezé

Les enfants de la colonie de Nivezé-Spa en 1910 (carte postale)

Les enfants de la colonie de Nivezé-Spa en 1910 (carte postale)


Avant la 1ère Guerre mondiale, une maison de l’avenue Jean-Baptiste Romain, située près du restaurant « Aux Campinaires », là où le chemin Maron (vôye Maron) débouche, servait de colonie pour des enfants défavorisés. Initialement, le propriétaire du bâtiment les hébergeait pendant les grandes vacances.

Par après, des enfants y ont été logés toute l’année. En effet, le registre des inscriptions à l’école communale du village de Nivezé atteste la présence de plusieurs filles et garçons jusqu’en 1923, date à laquelle l’établissement a, semble-t-il, cessé toute activité. D’après le fameux document, les enfants hébergés à la colonie de Nivezé ont alors migré vers le village de Tiège. Depuis lors, la maison est surnommée «Les colonies».

Jean Lecampinaire

Sources : Madame Josette Counet et Mademoiselle Marie-Thérèse Jérôme


Monsieur Gérard Jérôme, nous précise que les enfants hébergés à la colonie étaient de parents ouvriers à l’usine textile Peltzer de Verviers. L’immeuble de cette colonie était la propriété de son grand-père Julien Wilkin, cordonnier à Nivezé-Spa, et de sa grand-mère Léonie Lejeune. Ces derniers avaient mis en location, au début du 20e siècle, partiellement d’abord (en mai 1900), entièrement ensuite (en avril 1910), une maison d’habitation située à Nivezé. Sur le bail de location de mai 1900, les preneurs étaient Mesdames Edouard Peltzer et Paul Peltzer ; sur celui d’avril 1910, les preneurs étaient Mesdames Edouard Peltzer, Georges Peltzer et Marcelle Peltzer (fille de Paul Peltzer). Le bail de 1910 précise que la dite maison devait servir de colonie pour la protection de l’enfance.

Concernant la carte postale illustrant l’article précité, Monsieur Jérôme nous indique que le personnage qui tient le vélo est un colporteur. La valise ouverte sur le guidon, comme une vitrine, présente beaucoup de petites choses dont les ménagères avaient besoin, comme des épingles, de l’amidon, du bleu pour les lessives, du cirage, des boutons, des savons, des craies, des rubans, des cordons, des lacets, etc … Le personnage situé à côté est peut-être Charlemagne Gernay, le garde-champêtre ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>